1

Info Iași n°40 – Février 2021

     Ce mois-ci : 

  • Petit point sur notre situation
  • Rencontre avec Mme l’Ambassadrice de France en Roumanie
  • Forum de la jeunesse
  • Notre action dans la rue
  • L’équipe évolue

Petit point sur notre situation 

Au début du mois de février, nous avons eu une réunion avec les responsables ainsi que toutes les fondations et associations bénéficiaires de la Banque Locale d’Aliments de Roman (nous sommes une quinzaine de bénéficiaires actuellement), afin que chacun puisse présenter ses actions, ses besoins et ses attentes dans cette organisation. Le but est, à termes, de créer une banque d’aliments sur Iași. Ainsi, une coordinatrice est maintenant présente sur Iași, pour développer des partenariats et notamment travailler avec la mairie.
A Emmaüs, nous nous occupions jusqu’à maintenant de récupérer les donations et de les redistribuer, rôle qui a été transmis à une autre fondation de Iași. Nous continuons tout de même à recevoir des donations, mais sans gérer toute la logistique inhérente au rôle que nous assurions.

Dans le même temps, l’association Mai Bine, qui promeut entre autres une consommation locale et sans déchets, a initié un partenariat avec les magasins Méga Image de Iași, créant ainsi la première banque d’aliments de Iași. Nous sommes en lien avec Mai Bine depuis quelques années déjà, via le restaurant Cuib, qui cuisine bénévolement de la soupe dans le cadre de notre programme hivernal de maraude et qui souhaite développer son action sociale. L’équipe de Mai Bine nous a donc proposé de nous impliquer dans ce projet de banque d’aliments, et nous recevons ainsi plusieurs fois par semaine fruits, légumes, viande et produits laitiers dont la date d’expiration approche ou dont les emballages sont détériorés. 

Rencontre avec Mme l’Ambassadrice de France en Roumanie

Mardi 16 février, nous avons rencontré à l’Institut Français de Iași Mme. Laurence AUER, ambassadrice de France en Roumanie, ainsi que M. Joseph GIUSTINIANI, attaché de Coopération de l’Ambassade de France. Ils souhaitaient rencontrer les organisations qui avaient œuvré pendant la période de pandémie (Service Volontaire d’Ambulance, Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Service Social, Centre maternel Hecuba, Emmaüs Iaşi) et qui avaient perçu une aide financière de l’ambassade dans ce cadre. L’un des objectifs de la rencontre pour l’ambassadrice était notamment de connaître la situation des différentes associations, et de savoir dans quelle mesure l’ambassade pouvait continuer à aider (pas seulement d’un point de vue financier, mais aussi au niveau d’une mise en réseau et de création de partenariats).
Ce temps a été très fructueux, et nous nous réjouissons de constater que l’ambassade s’engage localement avec des propositions concrètes. 

Forum de la jeunesse

Le 21 février a eu lieu un Forum Jeunesse organisé par l’Institut Français de Roumanie. Ce forum portait sur l’impact de la crise sanitaire sur l’engagement des jeunes en Roumanie et en France. Il a eu lieu via la plateforme Zoom et a été retransmis en direct sur la page facebook de l’institut français.
Ce fût l’occasion pour notre volontaire, Nazia, ainsi que pour Nathan (volontaire à Emmaüs Satu Mare) de partager avec d’autres, la façon dont ils ont vécu leur volontariat en lien avec la pandémie actuelle. Vous pouvez retrouver leurs témoignages en cliquant sur ce lien (si vous voulez écouter uniquement les témoignages de Nazia et Nathan, rendez-vous à la minute 33 de la vidéo). 
Cette discussion a permis de souligner l’importance que revêt le volontariat pour les associations, tout particulièrement en temps de crise, ainsi que la nécessité de valoriser et de continuer de rendre possible cet engagement malgré les restrictions sanitaires. 
On a vu que beaucoup d’alternatives peuvent être proposées afin que les jeunes puissent continuer de s’impliquer dans leurs projets et que, même face à une multitude de contraintes, il était toujours possible de s’adapter.
Malgré tous ses aspects négatifs, on peut dire que la crise sanitaire a permis de soulever un beau mouvement de solidarité qui, souvent, s’est exprimé par des voix très différentes de celles que l’on connaissait jusqu’alors mais qui n’a fait que démontrer la persistance et la force de l’engagement chez les jeunes d’aujourd’hui.

Notre action dans la rue

En ce mois de février où le temps est encore très froid bien qu’ensoleillé (“soare cu dinți – soleil avec des dents, comme on dit en roumain), nous avons continué nos tournées quotidiennes, et en comptant les quelques cinquante bénéficiaires du centre d’urgence, c’est plus de 110 personnes sans-abri qui ont bénéficié de 1 090 vêtements, chaussures, couvertures et bougies, ainsi que de 1 205 repas. Nous avons également accompagné six personnes dans leur démarche pour obtenir des papiers d’identité.

L’équipe évolue

Rémi, un de nos volontaires français en service civique, a souhaité mettre fin à son contrat en décembre, dans ce contexte compliqué de pandémie, et est donc rentré en France. Nous lui souhaitons bonne continuation. Entre temps nous avons eu le plaisir d’accueillir Alin, un nouveau responsable pour le centre de Popesti. La ferme compte déjà deux responsables qui se relaieront de semaine en semaine pour travailler là-bas et soutenir les compagnons dans leur réinsertion. Parallèlement à cette nouvelle arrivée, le contrat de volontariat de Nazia a pris fin début février, mais elle a souhaité continuer de travailler à la fondation un mois supplémentaire.