1

Quelques nouvelles de la communauté Emmaüs de Iaşi dans le nord de la Roumanie

La communauté de Iaşi accueille actuellement une trentaine de jeunes qui autrefois se trouvaient dans la rue ou dans des centres pour enfants délaissés (comme celui de Târgu Frumos où nous nous sommes rendus régulièrement durant de nombreuses années, mais qui a fermé définitivement en 2013).

Un toit, du travail et une vie fraternelle

Le but de la communauté est de leur assurer un toit, du travail et une vie fraternelle.  A Iaşi la communauté dispose d’un magasin où  ils  restaurent et vendent des meubles reçus de France et d’Allemagne (1 camion par mois). Un bénévole leur a montré comment créer des fauteuils originaux très design à partir d’anciennes valises hors d’usage.
Pour leur assurer une autonomie après leur départ, des formations courtes sont assurées (comptabilité, permis de conduire). Les besoins étant énormes, ils ne cessent d’améliorer leur infrastructure : en 2015-16, ils ont rehaussé  le toit pour y loger huit filles qui précédemment ne disposaient que d’une cave comme chambre. Le magasin s’est agrandi d’une annexe pour vendre des vêtements et de la vaisselle. Quand un sans-abri se présente, on lui donne des vêtements.

 

 

Grâce à la présence d’un ingénieur agronome, la ferme de Popesti a bien évolué. En plus du potager et du magasin, Emmaüs  a construit deux serres , des étables séparées pour chaque type d’animal : vaches, cochons, poules, lapins, chevaux. Grâce au tracteur qu’ils ont reçu d’une association suisse, ils ne sont plus obligés de travailler leurs champs à la main (12 ha). Dans un vallon escarpé actuellement inculte, ils ont l’intention de planter des arbres fruitiers. Nous avons subventionné l’achat de 100 poules  ainsi que l’infrastructure pour les nourrir. Ils ont également construit une nouvelle cuisine car l’ancienne ne suffisait plus.

 

La maraude

Ce qui leur tient tout particulièrement à cœur  c’est la maraude.  Cinq soirs par semaine ils se rendent à 4 endroits de la ville de Iaşi , dans des quartiers défavorisés.  Ils y distribuent sandwiches, soupe et fruits. À la même occasion ils cherchent à savoir si des besoins particuliers se font sentir (exemple : chaussures, vêtements, aide administrative ou médicale, produits d’hygiène). La maraude est assurée par un assistant social aidé par des anciens sans-abris ou des jeunes volontaires résidant à Emmaüs. Nous continuerons à soutenir cette action.

A l’occasion des fêtes de Noël nous finançons pour les sans-abris (une centaine) un colis de 7 euros par personne contenant des produits de première nécessité  et du chocolat. Notre souhait est de répondre autant que possible  à leurs demandes.

 

ET ENCORE D’AUTRES ACTIVITÉS

Nous tenons aussi à garder le contact avec  les jeunes  anciens pensionnaires du Centre de Placement de Târgu Frumos et en particulier ceux qui ont été répartis  dans  six différentes institutions pour adultes parce que leur état de santé ne leur permettait pas de vivre autrement. Nombre de ceux-ci étaient parrainés  depuis des années par des amis de Mergem. Leur accueil est toujours très chaleureux.

Nous soutenons également, via les paiements envoyés à l’association Roi Baudoin, une école de devoirs gérée par l’association COTE.

 




Une micro-ferme de poules pour un régime écologique à Popesti

Les poules pondeuses en système free-range (promenade en espace vert) pour un régime écologique. Popesti 2016

En vue du développement économique de la communauté de Popesti, nous sommes très contents de témoigner le développement dynamique de la micro-ferme accéléré par les bénévoles et habitants de notre partenaire, la Fondation Emmaus à Iasi.
Mergem a soutenu Popesti dans l’achat et l’élevage de 200 poules pondeuses en système free-range (promenade en espace vert) pour un régime écologique, avec complément de la nourriture produite par leur soins sans pesticides ou autre produits chimiques.

Modernisation de la micro-ferme

Pour réaliser ce projet durable et assurer le succès de l’élevage des poules, un salarié ingénieur agricole a été engagé et le poulailler de 100 m2 a été rénové et mise aux normes « éco » européennes.

Avec l’aide des compagnons, des volontaires et des responsables d’Emmaüs Iasi et Popesti, le bâtiment a été réhabilité et à construire cette nouvelle ferme qui respecte les normes bio-éco en vigueur en Roumanie.

La production est suffisante pour nourrir les deux communautés (Iasi et Popesti) et, dans un même temps, elle permettra une vente régulière après avoir reçu la certification biologique.

Dans le cadre de la modernisation de la micro-ferme, des mangeoires et biberons spécialisés pour les poules ont été acquis.

Et qu’est-ce qui se passera ensuite?

Une fois que l’activité deviendra rentable, la communauté comptera diversifier la production pour la vente et inclure le maraîchage biologique, la viande de porc et de bœuf.

Cette activité sera encadrée par un responsable qui enseignera quotidiennement aux compagnons la manière d’entretenir un poulailler et dévaloriser la production par la vente dans le respect des animaux.

Pour continuer à développer la micro-ferme, des nouveaux investissements seront nécessaires. La communauté de Popesti souhaiterait entre autres acquérir:

  • Un autre lot de poules après l’adaptation des premières
  • Un système de ventilation intérieur
  • Un système de lumière à l’intensité faible,  adaptée  aux yeux des poules et qui consomme peu.
  • Quelques arbres à planter pour avoir de l’ombre en été

 

 

Votre soutien généreux est demandé

 

Si vous souhaitez aider à développer la micro-ferme à Popesti, nous vous proposons de faire un virement au compte de Mergem IBAN: BE48 4353 0294 5127 SWIFT/BIC: KREDBEBB avec comme communication POPESTI. Plus des informations ici . Merci d’avance pour votre soutien.

Pour suivre les nouvelles de Popesti et de Emmaus Iasi, nous vous invitons de suivre leur page Facebook.




Une nouvelle équipe pour Mergem

Le Conseil d’administration de Mergem a changé depuis le 12 Juin 2016.

Dans sa nouvelle formule, il est composé de Anne Hachez, Nastasja Rykaczewski, Olivier Hanon et David Warichet.

Nous avons en commun notre amour pour la Roumanie et pour tous ceux qui y habitent, des gens chaleureux et gentils, mais qui doivent se battre avec la faim, le froid, l’inquiétude du lendemain… Nous sommes décidés à leur faire oublier leurs soucis en essayant d’amener un peu de lumière dans leurs vies.

Quelques mots de notre équipe…

Anne – Marié et mère de trois jeunes indépendants, j’ai un peu de temps pour Mergem.
Lors de la remise d’un colis, au centre de placement de Targu Frumos, le jeune, destinataire du colis, me demande comme marraine.
Grâce à lui, je decouvre la Roumanie. A mon retour j’intègre l’équipe Dupa (ce qui signifie « après l’orphelinat« ) car pour moi il est essentiel d’aider ces jeunes qui doivent voler de leur propres ailes à leur majorité. Emmaüs est une association géniale qui accueille des jeunes de la rue. D’année en années, j’ai vu le changement des jeunes et de l’organisation. Pour que Mergem continue son action j’ai accepté d’être la présidente depuis 2 ans et je m’occupe aussi de la comptabilité.

 

 

Nastasja-Berlinoise polonaise et depuis 2012 Bruxelloise, je travaille dans la communication et la gestion de projets. Européenne convaincue, mélomane et surtout humaniste, je suis persuadée que le coeur de notre humanité, est notre capacité à prendre des décisions et prendre de la responsabilité pour nous et les autres.  Quand je suis allée en Roumanie avec Mergem pour la première fois en mai 2015, j’ai été fortement touchée par l’empathie et la relation d’échange d’égal à égal entre les bénévoles de Mergem et les habitants du quartier Ariesului de Turda. Mon voeux le plus cher pour nos bénéficiaires: renforcer leurs compétences et leurs talents pour un avenir plus lumineux!

 

Olivier- Je connais Mergem depuis le début et cela fait au moins 10 ans que j’y participe activement. Je suis webmaster du site, j’aide à la comptabilité. j’ai fait 2 voyages en Roumanie. Je suis très content que Mergem est active depuis 16 ans et j’espère que ça continueras encore longtemps.

 

David Warichet, marié à Claire, papa de 3 garçons qui ont déjà découverts la Roumanie, passionné par ce pays mais encore bien plus par ces habitants, je suis un des 7 fondateurs de l’association. Bouleversé par leur accueil chaleureux, touché par leur grande sensibilité et originalité, charmé par leur humour, je me suis senti appellé à me mettre au service des plus petits d’entre-eux; ce qui me donne beaucoup de Joie. Mon rêve pour nos bénéficiaires c’est d’être des femmes et des hommes debouts refusant l’injustice et dans la lumière.